Création de VIE LIBRE

Le mouvement naît en 1953 de la fusion de l’Entraide fondée en 1937 par Germaine Campion et André-Marie Talvas et de l’Amicale du 147 qui regroupait depuis 1950 les malades du Docteur Vladimir Altoff.

Le Père Talvas

 

En 1937, l’abbé André-Marie Talvas, né à Chauvigné en 1907, fait la connaissance de Germaine Campion née à Paramé en 1905 alors qu’elle rentre de Paris où elle a été en proie à l’alcoolisme et à la prostitution. Germaine ne voyant plus d’issue à sa vie envisage de mettre fin à ses jours. . L’abbé parvient à lui rendre raison et, à force d’écoute et de patience, la sauvera de la prostitution d’abord et de l’alcool ensuite . De ce sauvetage naîtra la volonté commune de lutter contre les deux fléaux dont Germaine fut victime. Leur première initiative commune sera de créer en 1937 le groupe l’Entraide pour venir en aide aux alcooliques. Suivra en 1946 la création du Mouvement du Nid qui luttera lui, jusqu’à nos jours, contre la prostitution. C’est notamment grâce à l’action de ce mouvement que passa le 13 avril 1946 la loi dite Marthe Richard fermant définitivement les maisons closes.

 

Fin 1952, à l’occasion d’un congrès international anti-alcoolique, le duo décide d’unir ses efforts avec ceux du Docteur Vladimir Aïtoff. En 1953, leur idée se concrétise par la publication des statuts du Mouvement Vie Libre au Journal Officiel. Dès 1954, André-Marie Talvas publie la charte du mouvement. En voici un extrait significatif : “Vie Libre n’existe que pour respecter et aimer les malades alcooliques, leur porter secours, en refaire des hommes libres et les défendre contre tous ceux qui les exploitent, les abandonnent ou les tournent en dérision”.

En 1963, congrès du X° anniversaire à Paris. Le mouvement est reconnu d’utilité publique. Le début des années soixante sera émaillé de dissensions et de conflits. Il en résultera d’une part une prise de distance du mouvement par rapport au Comité national de défense contre l’alcoolisme (CNDCA) et d’autre part la défection d’un certain nombre de cadres du mouvement. Certains d’entre eux ont contribué à la création en 1964 de la Fédération nationale des amis de la santé qui, elle-même, fera plus tard l’objet d’une scission qui donnera naissance à Alcool Ecoute Joie et Santé.

En 1965, modification des statuts avec affirmation de l’orientation populaire du mouvement.

En 1966, congrès national à Vichy. Vie Libre réclame la création et le développement de l’alcoologie en France.

En 1984, reconnaissance en tant qu’association de jeunesse et d’éducation populaire.

En 1985, modification des statuts, officialisation de l’action en milieu carcéral.

En 1991, ouverture sur l’Europe. Débat avec les organisations syndicales et actions en entreprise.